Mon épargne

Assurance vie : une avance en cas d’imprévu

advize assurance vie en ligne imprevu
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Le placement préféré des français est plus que jamais le véritable couteau suisse de l’épargne puisque grâce à la disponibilité des fonds, il est un outil indispensable pour se constituer une épargne de précaution.

L’UFC Que Choisir publie une Fiche Conso Pratique qui préconise d’utiliser les options de liquidité disponibles sur les contrat d’assurance-vie pour remédier à un coup dur !

En effet, pour faire face à certains aléas de la vie, les consommateurs ont parfois besoin de disposer d’une somme d’argent rapidement.

Plutôt que de souscrire un crédit couteux, Que Choisir conseille aux épargnants de faire jouer les avantages de leur contrat d’assurance-vie.

Encore une bonne raison de souscrire dès à présent votre contrat Ma Sentinelle Vie avec votre copilote Advize !

Explications :

Logo-de-UFC-Que-Choisir-Crédit-CC-BY-SA-3.0-Wikimedia-commons1

Si vous êtes possesseur d’un contrat d’assurance vie et avez un besoin momentané d’argent, l’avance peut se révéler préférable à un crédit à la consommation onéreux.

Un prêt peu cher

L’avance permet de retirer une partie de l’argent placé sans clôturer son contrat d’assurance vie.

Bien qu’il s’agisse d’un prêt sur votre épargne, l’avance prélevée sur un contrat d’assurance vie n’est pas gratuite. En général, la banque ou l’assurance applique un taux d’intérêt supérieur de 1 % à celui du rendement brut de votre épargne. À supposer que vous disposiez d’un capital de 10 000 € sur votre contrat dont le fonds en euros a rapporté 3 % l’année précédente et que vous demandiez une avance de 1 000 €, celle-ci vous sera facturée 4 %, soit un coût global de 40 € sur un an. Nettement moins cher que les 150 à 200 € payés dans le cadre d’un crédit à la consommation inférieur à 3 000 €.

L’avance peut atteindre 80 % des sommes investies sur un contrat d’assurance vie en euros (60 % en unités de compte). Elle n’est pas imposable, même si la somme empruntée est supérieure au total des intérêts cumulés sur l’assurance vie (4 600 € pour un célibataire, 9 200 € pour un couple marié). Elle est remboursable en une ou plusieurs fois selon les contrats sans pouvoir dépasser trois années (durée renouvelable une fois). Son remboursement est gratuit, sans frais de dossier. En cas de non-remboursement, elle est assimilée à un rachat partiel (lire plus loin).

Une épargne non bloquée

Dans le même temps, votre épargne investie dans l’assurance vie continue de fructifier en totalité. Vous conservez votre contrat en vigueur et profitez pleinement de ses avantages. Si son rendement reste de 3 % après paiement des prélèvements sociaux, au bout d’un an, votre assurance vie aura généré 300 € d’intérêts. Au final, une fois déduits les 40 € facturés si vous remboursez l’avance au bout d’un an, votre épargne sera de 10 260 €, avec un rendement de 2,60 %. L’avance est sans risque pour le banquier ou l’assureur car, en cas de non-remboursement, le montant prêté sera déduit de l’assurance vie.

Différence entre rachat et avance

Alors que le contrat d’assurance vie continue de vivre et de fructifier dans le cas d’une avance, son rachat consiste à récupérer tout l’argent placé et entraîne sa clôture, au risque d’être pénalisé fiscalement, surtout si le contrat a moins de 8 ans. Le rachat peut-être partiel. Il permet de retirer une partie de l’argent placé, le solde continuant de fructifier, l’argent laissé sur le contrat conservant les avantages fiscaux acquis depuis l’origine (exonération d’impôt sur le revenu ou sur les successions).

Source : Que choisir
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 3.0/5 (2 votes cast)
Assurance vie : une avance en cas d'imprévu, 3.0 out of 5 based on 2 ratings

Laisser un commentaire