ActuMon épargne

Assurance vie : l’importance des garanties de prévoyance

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Dans le cadre d’un contrat d’assurance vie, des options de prévoyance sont proposées afin que les bénéficiaires ne subissent pas de moins-values au décès de l’assuré.

Au décès du souscripteur d’une assurance vie, les bénéficiaires désignés perçoivent la valeur du contrat. Problème : dans le cadre des multisupports et des monosupports en unités de compte, des moins-values peuvent être enregistrées en cas de baisse des marchés boursiers. Pour éviter ce désagrément, il existe plusieurs options de prévoyance, en grande majorité payantes. Certaines couvrent l’assuré lui-même.

La garantie plancher
C’est la plus répandue. Elle permet de garantir aux bénéficiaires une somme équivalente aux versements effectués sur le contrat nets de frais. Cette garantie est généralement liée à une condition d’âge : l’assuré doit être âgé de moins de 75 ans. Il arrive qu’elle soit proposée en inclusion, sans frais, mais le montant garanti est alors le plus souvent plafonné.

La garantie majorée
Elle fonctionne sur le même principe que la garantie plancher à la différence qu’elle prévoit une majoration exprimée en pourcentage et définie au moment de la souscription.

La garantie indexée
Elle propose une indexation annuelle aux sommes nettes versées égale au taux de la hausse des prix à la consommation ou au taux du Livret A. Le capital transmis n’est ainsi pas rogné par l’inflation.

La garantie cliquet
Elle vise à « cristalliser » les gains boursiers, c’est-à-dire à garantir la plus haute valeur atteinte par le contrat. Cette garantie existe pour les supports en euros où les intérêts annuels sont définitivement acquis et s’accumulent ainsi tous les ans.

La garantie décès accidentel
En cas de décès accidentel ou de perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA) de l’assuré à la suite d’un accident, cette garantie prévoit le versement d’un capital au profit du bénéficiaire.

La garantie vie universelle
Le souscripteur fixe un montant à transmettre, quelle que soit la valeur de son contrat au moment de son décès. Cette garantie s’arrête aux 75 ans de l’assuré.

La garantie vie entière
Son mécanisme est le même que la garantie vie universelle sauf qu’elle se poursuit au-delà du 75ème anniversaire de l’assuré.

La garantie de bonne fin
En cas de décès du souscripteur avant l’échéance du contrat, l’assureur prend en charge les cotisations jusqu’au terme du contrat. Les bénéficiaires percevront le capital qu’ils auraient touché si le contrat était allé à son terme. Cette garantie est essentiellement proposée dans les assurances vie destinées au versement d’une rente viagère à la retraite, comme les contrats Retraite Madelin réservés aux travailleurs non-salariés (indépendants et professions libérales) et les plans d’épargne retraite populaires (Perp).

Les garanties pour l’assuré
Il existe aussi des options de prévoyance conçues pour protéger les souscripteurs. La garantie exonération des cotisations a pour objet, comme son nom l’indique, de rembourser à l’assuré les versements réalisés en cas d’arrêt de travail pour raisons médicales ou d’invalidité. La garantie dépendance prévoit l’octroi d’un capital à l’assuré en cas de perte totale d’autonomie.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
Assurance vie : l’importance des garanties de prévoyance, 5.0 out of 5 based on 1 rating

Laisser un commentaire