Mon épargne

Le mot de l’équipe Advize

portrait de nicolas marchandise president d'advize l'assurance vie en ligne
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Ca y est, pour la deuxième fois de l’année, le Livret A voit sa rémunération baisser et ne rapporte plus que 1,25% (contre 2,25% début 2013)…

Pourquoi une telle chute ?

Le taux du Livret A est fixé par une formule mathématique qui prend en compte les taux d’intérêts sans risque (EONIA/Euribor) ainsi que l’inflation. Cette dernière ayant chuté à 0,9% en juin la baisse du livret A était logique et certains experts attendaient d’ailleurs une chute à un plus bas historique de 1%…

Faut-il encore disposer d’un livret A ?

Avec plus de 62 millions de titulaires, chaque Français ou presque en possède un, avec un plafond relevé à 22 950 euros en 2013. Toutefois, en encours, l’assurance-vie reste le premier placement des français avec 1 422 Milliards de collecte fin juin 2013 contre 364 Milliards pour le couple Livret A + Livret de développement durable (LDD).

Cette sur-rémunération offerte à un placement liquide et garanti par l’état continue à étonner les experts, jusqu’au FMI qui s’en inquiète… Pourquoi l’Etat continue-t-il à sponsoriser une rémunération à 1,25% nets d’impôt et de CSG/CRDS (15,5%) alors que les taux de la BCE sont à 0,50%… 

Bien sûr on peut s’interroger sur la cohérence entre une augmentation des plafonds du Livret A (qui ne concerne qu’une élite) suivi de la baisse de sa rémunération… Le tout dans un discours où l’investissement dans les entreprises (qui ne peut être fait qu’à travers la bourse) est encouragé…

Livrets : l’effet domino

Comme prévu l’effet domino a commencé avec la baisse logique de la rémunération offerte par les livrets classiques qui n’ont plus besoin de sur-rémunérer cette épargne court terme.

Le site Cbanque.com parle de « Tsunami sur les taux »…

Bien entendu certains continuent à offrir un taux « boosté » mais seulement sur 3 ou 4 mois… et à moins de changer d’établissement tous les 3 mois…

Une alternative d’avenir : l’Assurance Vie sur Internet

En 2012 la performance des fonds en Euro des meilleurs contrats d’assurance-vie s’est située entre 3 et 4% (net de frais de gestion et de CSG CRDS).

Grâce à Internet les épargnants peuvent souscrire sans droits d’entrée (ce qui évite d’abandonner 1 à 2 années de rémunération – dans les contrats classiques – au profit du vendeur) et bénéficier d’options de gestion innovantes qui seront utiles pour ceux qui souhaitent dynamiser leur épargne avec des Unités de Compte. (SICAV ou fonds commun de placement dynamisés avec des produits boursiers)

Les principaux contrats par Internet permettent également d’effectuer des versements ou des retraits (rachats) 100% en ligne avec des délais très courts. Cette disponibilité des fonds rend le placement assurance-vie attractif pour les profils à la recherche d’une solution d’épargne de précaution.

Alors pourquoi s’en priver ?

En 2012 à peine 2% de la collecte en assurance-vie s’est faite en ligne. Ce chiffre est clairement décevant au regard du succès du e-commerce en France . Une des explications semble se trouver dans l’offre proposée par les acteurs historiques : « Devenez votre propre banquier » ! Cette promesse fait très certainement hésiter un grand nombre de français à sauter le pas et souscrire en ligne.

Or fondamentalement, les contrats en ligne sont plus lisibles et faciles à comprendre que les contrats traditionnels, simplification de processus engendrés par Internet oblige. Manque encore le conseil, absent pour cause de chasse gardée des agences…

C’est pourquoi Advize a innové en 2012 en offrant à ses clients un conseil initial grâce aux profils conçus par Morningstar et au suivi hebdomadaire (la Météo de mon épargne®).

Le contrat Advize-Ma Sentinelle-Vie :

Conçu en exclusivité pour Advize par e-Cie Vie, filiale du groupe Generali dédiée à l’Internet, ce contrat propose un fonds en Euros Eurossima (3,42% nets en 2012) ainsi que 56 supports en Unités de Compte sélectionnés par l’analyste indépendant Morningstar Investment Consulting.

No free lunch.

Le rapport entre la rémunération d’un placement et son risque est une réalité qu’il est anormal (dangereux ?) de vouloir nier. La baisse de rémunération du Livret A était donc non seulement prévisible mais souhaitable. L’assurance-vie en ligne profilée couplée au conseil et au suivi permanent apparait donc aujourd’hui comme LA solution d’épargne adaptée aux besoins de chaque type d’épargnant.

On se retrouve sur www.advize.fr pour échanger et vous faire découvrir L’ASSURANCE-VIE, LE CONSEIL ET LE SUIVI EN +

Nicolas Marchandise, Président d’Advize.

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Laisser un commentaire