Mon épargne

Passer à l’offensive avec l’assurance-vie

logo-les-echos-assurance-vie-advize
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Advize est aujourd’hui à l’honneur dans l’article des Echos consacré aux contrats d’assurance-vie multisupports, garantie de performances et de flexibilité.

« Si la plupart des épargnants choisissent la sécurité des fonds en euros, qui rapportent de moins en moins, d’autres n’hésitent pas à opter pour une gestion active et offensive au travers des unités de compte.

En 2013, plus de 80 % de la collecte en assurance-vie ont été réalisés sur les fonds en euros, qui rapportent en moyenne moins de 3 %. Comment faire mieux ? En optant pour les unités de compte ou UC. Mode d’emploi.

Actions françaises, européennes, américaines, marchés émergents, obligations « corporate », fonds structurés, flexibles, immobilier,… Pratiquement toutes les classes d’actifs sont accessibles via l’assurance-vie sous réserve d’être négociées sur un marché reconnu et d’offrir une protection suffisante de l’épargne investie (articles L 131-1, R 131-1 et R 332-2 du Code des assurances).

Cette possibilité est d’autant plus appréciable que, tant qu’elles sont capitalisées au sein du contrat, les plus-values réalisées au gré des arbitrages échappent à l’impôt et aux prélèvements sociaux. Et qu’en cas de décès de l’assuré le contrat sera transmis au bénéficiaire désigné de son choix (parent ou pas) en franchise partielle de droit jusqu’à 152.500 euros. Un abattement cumulatif de 20 % est même prévu pour les nouveaux contrats vie- génération, exclusivement investis en UC risquées. Plusieurs offres de multisupports diversifiés permettent de valoriser ces atouts. Elles s’articulent autour de quelques points clefs.

Une base sécurisée de qualité

« Chercher de la performance au travers des UC est plus que jamais une priorité, mais cela n’exclut pas de sécuriser a minima son contrat en plaçant sur le fonds en euros une fraction plus ou moins importante de ses avoirs selon son profil de risque », rappelle Christian Pruvost, directeur du développement assurance-vie chez Natixis Assurances, une compagnie qui vient de lancer un nouveau multisupport dynamique (Quintessa) accessible dès 1.500 euros.

Or, ce n’est un secret pour personne, les contrats patrimoniaux les plus riches en UC sont souvent ceux qui bénéficient des supports en euros les plus performants. Ils affichent un différentiel de taux de l’ordre de 1 point par rapport à la moyenne du marché, selon la dernière enquêté menée sur ce sujet par l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution). Ils sont également souvent dotés de fonds de type « euroactifs » qui, garantis à tout moment, mais davantage exposés en immobilier ou en actions, ont généré un taux de 4 % l’an passé.

Une gestion libre conseillée

Tous les multisupports dignes de ce nom permettent au souscripteur de gérer lui-même ses actifs, soit au travers d’un choix diversifié d’OPCVM (FCP et sicav) multigérants, soit en titres vifs (actions détenues en direct). Oddo Banque Privée propose, par exemple, dans son contrat Génération i- Premium, un module spécifique d’arbitrage en ligne, ouvert sur l’univers du CAC 40 et du SBF 120, moyennant un seuil d’accès de 100.000 euros. Le courtier Altaprofits.com fait de même avec son contrat Titres@vie (assuré par Swiss Life), si ce n’est que le ticket d’entrée est beaucoup plus modeste (3.000 euros).

Des offres mandatées

Mais, comme le rappelle Benoît Grisoni, directeur de Boursorama Banque, « gérer soi-même exige d’avoir du temps et les compétences boursières appropriées ». De multiples services d’aide à la décision (conseil personnalisé, allocations modélisées, alertes, options de sécurisation automatique, etc.) ont donc été développés pour éviter que ceux qui souhaitent garder la main sur leur contrat ne perdent trop vite pied en cas de retournement des marchés.

Différentes formes de gestions mandatées coexistent. Certaines, proposées par les courtiers Internet, tiennent davantage de la gestion profilée haut de gamme que du mandat de gestion pur. Accessibles dès 1.000 euros dans nombre de cas, elles permettent au client d’opter pour un mandat plus ou moins offensif confié à des sociétés de gestion de renom telles qu’Edmond de Rothschild AM (Edram) pour Boursorama, Lazard Frères Gestion pour Altaprofits, Federal Finance pour Fortuneo, Rothschild & Cie Gestion pour ING Direct… Celles-ci ont ensuite carte blanche pour composer des allocations en architecture ouverte.

« On limite à 25 % le nombre de fonds maison Edram », précise Benoît Grisoni. Pour éviter tout conflit d’intérêts, des spécialistes de l’assurance-vie en ligne comme Patrimea ou Advize préfèrent néanmoins proposer des allocations clefs en main, bâties en partenariat avec les spécialistes de la sélection de fonds que sont Morningstar ou Fundesys.

Pour une gestion mandatée sur mesure (à partir de plusieurs dizaines de milliers d’euros), mieux vaut regarder du côté des offres dédiées des banques privées et des départements haut de gamme de la bancassurance. Elles permettent pratiquement toutes les combinaisons financières au sein de l’enveloppe protectrice de l’assurance-vie.
« Nous proposons deux modes de gestion mandatée donnant accès aux valeurs du Stoxx 600, du Global 100 Index et des obligations cotées, avec un seuil d’entrée fixé à 100.000 euros pour la version « modélisée » et à 300.000 euros pour celle davantage « personnalisée » », détaille Séverine Bardin, expert assurance-vie chez Oddo Banque Privée.

Une prévoyance renforcée

De nombreuses options, dont le coût varie selon l’étendue de la couverture et l’âge de l’assuré, sont prévues pour protéger son entourage. Ces formules permettent de mettre ses proches à l’abri en cas de décès intervenant en période de dégringolade des marchés : garanties planchers classiques (elles assurent aux bénéficiaires un capital au moins équivalant aux versements effectués), majorées (capital + 20 %, par exemple), indexées (sur l’inflation, le Livret A, etc.), vie entière (pas d’âge limite de l’assuré pour en profiter). »

Source : Laurence Delain, Les Echos

Rendez-vous sur Advize.fr pour découvrir nos avantages et nos tarifs, simples, clairs et précis !

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 4.0/5 (1 vote cast)
Passer à l'offensive avec l'assurance-vie, 4.0 out of 5 based on 1 rating

Laisser un commentaire