Mon épargne

Travailleurs non-salariés : l’ Assurance-Vie complémentaire du Madelin

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Le contrat Madelin permet aux indépendants et aux professions libérales de toucher une rente à la retraite. Toutefois, ce produit « tunnel » n’offre pas la même souplesse que l’assurance vie.

Les contrats Madelin ont été adoptés par les travailleurs non-salariés (TNS). Selon une étude du Cercle de l’Epargne présentée le 21 janvier 2015, 58% des indépendants (artisans, commerçants, chefs d’entreprise, exploitants agricoles) et des professions libérales (médecins, avocats, notaires, experts-comptables…) disposeraient de ces contrats de retraite par capitalisation.
Lancés en 1994 sous l’impulsion d’Alain Madelin, alors ministre des Entreprises et du Développement économique, ils permettent aux TNS de percevoir des rentes viagères (c’est-à-dire versées jusqu’à leur décès). Si ces produits offrent un complément de revenu utile à la retraite pour les professionnels indépendants et libéraux, il n’empêche pas ces derniers de souscrire en plus à un contrat d’assurance vie. Le « couteau suisse de l’épargne » leur apporte une souplesse qui fait cruellement défaut au Madelin.

Des cotisations libres

Le montant et la périodicité (mensuelle, trimestrielle, annuelle) des cotisations à un contrat Madelin sont définies au moment de la souscription. Ne sachant à l’avance quel sera son chiffre d’affaires, le TNS a tout intérêt à opter pour des versements modérés sur son Madelin. Si son bénéfice s’avère plus élevé que prévu, il aura toujours la possibilité d’alimenter son contrat d’assurance vie.

Une grande disponibilité

Par rapport au contrat Madelin, l’assurance vie présente l’énorme avantage d’être « liquide ». L’épargnant peut effectuer des rachats totaux ou partiels à n’importe quel moment. A l’inverse, un Madelin peut être débloqué uniquement au moment du départ à la retraite. Les seuls rachats anticipés possibles sur ce dispositif sont liés à un « coup dur » : invalidité, décès du conjoint, surendettement, liquidation judiciaire, expiration des droits au chômage, absence de contrat de travail ou de mandat social depuis deux ans, situation justifiée par le président du tribunal de commerce.

Une sortie en capital

Les contrats Madelin proposent une sortie exclusivement en rentes. Ils ne permettent pas de sortir partiellement en capital comme le plan d’épargne retraite populaire (Perp) ou Préfon Retraite (pour les fonctionnaires). A contrario, les rachats en assurance vie permettent de récupérer facilement du « cash ».

Travailleurs non-salariés : l’ Assurance-Vie complémentaire du Madelin, 5.0 out of 5 based on 1 rating

Laisser un commentaire